Communiqué du 21 Novembre 2008 par Roland Agret

Publié le par Groupe Renée Leprince pour Dany Leprince

                A Monsieur le Président de la République ,

              Madame la Ministre de la Justice ,

              Madame la Présidente de la Commission des Révisions,

 

Depuis bientôt 15 ans, Dany Leprince est incarcéré à tort.

15 ans d’acharnement et d’égarements, coupables d’un monstrueux bêtisier judiciaire, aux limites de l’imaginable et de la folie.

Que l’on en juge : Pour affirmer que Dany Leprince est coupable il faut, en toute conscience et raison, répondre oui aux questions suivantes.

 

Sur le dossier :

 

- Martine Compain a donné 4 versions différentes, pour le moins extraordinaires, dont 2 à retardements.

Peut-on être certain qu’elle a dit la vérité ?

 

- Sa fille Célia, au moins 3 versions différentes et progressives, qui contredisent fortement sa mère, peut-on être certain qu’elle a dit la vérité ?

 

- Du fait que l’une et l’autre soient au même moment, au même endroit, décrivant une même scène, sans se voir ni s’entendre, est-ce possible ?

 

- Dans le dossier, on a soulevé la possibilité « d’un angle mort » pouvant masquer l’une à l’autre. Lorsque l’on connaît les lieux, leur promiscuité, on se demande bien par quelle gymnastique cérébrale il faut passer pour dresser un tel constat, à plus forte raison que Célia ne voit pas sa mère jusqu’au lendemain matin. Un exploit. Mais soit, supposons un angle mort, masque t-il la voix, puisque la fille, à quelques mètres, n’entend pas sa mère qui dit crier ?

 

- Que l’une dise que les chiens sont enfermés dans le garage et ne jappent pas, que l’autre affirme qu’elle les fait sortir de la maison et qu’ils se mettent « à gueuler », est-ce normal ?

 

- Que l’une dise qu’elle découvre les corps gisants et que l’autre, simultanément, entende des hurlements, est-ce toujours normal ?

 

- Madame Froger, avec ses différentes versions, induites par Paris Match et des étincelles de mémoire retrouvée 2 ans après, peut-on vraiment lui donner tout crédit ?

 

- Madame Hatton, qui porte la voix de Solène (2 ans au moment du drame) avec son amie Froger, peut-on sérieusement la croire ?

 

- L’experte Daligand : Que vaut aujourd’hui son travail si l’on tient compte des notes de Gérard Lopez, expert près la Cour d’Appel de Paris, qui démontre parfaitement la superficialité de son rapport, de la déclaration de la tante maternelle de Solène, qui affirme que la petite ne s’est jamais souvenu de rien, et encore à ce jour. Cette expertise est-elle fiable ?

 

- Selon cette experte, Solène aurait tout vu, passé la nuit entière près des corps suppliciés, ses pieds auraient été ensanglantés. Considérant que la chambre de la gamine est intacte, que son lit, ses draps, son pyjama, ne sont pas maculés lorsque le docteur Buzard la retrouve, est-ce possible ? Est-ce également possible que, dans cette posture, Solène soit retrouvée non traumatisée ?

 

- Si l’on considère, fort raisonnablement, que l’instant du massacre peut se situer à l’instant où le pot de yaourt tombe des mains de la pauvre Brigitte. Quelle heure peut-il être ? Elle a téléphoné à son père à 20 heures 55 et les petites sont en culottes, prêtes à se coucher. Il doit être 21 heures 05 tout au plus. Si tel est le cas, Dany a t-il pu commettre cette boucherie immonde, sachant qu’il est rentré vers 21 heures 30 ?

 

- Et même en jouant de l’élastique sur les horaires, pouvait-il commettre cette tuerie en 3 minutes, le temps que Martine, selon elle, sorte les reliefs de repas aux chiens et le voit frapper son frère ?

 

- Dany Leprince pouvait-il ne pas laisser la moindre empreinte sur les lieux de la tragédie ?

 

- Pouvait-il laisser des traces ADN, de pas, qui ne lui appartiennent pas ?

 

- Je m’interroge sur le fait que madame la juge Brunetière ait pu, au cours de sa reconstitution, affirmer que Dany a tué tout le monde et qu’il ait attendu Christian pour l’assassiner à son tour. Il arrive d’où ? Quand ? On ne sait pas.

Est-ce que cela cadre avec son dossier et les bribes d’aveux rétractés  (concernant son frère uniquement) extorqués à Dany ?

Cette version inédite est-elle issue d’éléments reposant sur des faits établis ?

 

- L’enquête a-t-elle été menée avec toute la rigueur qu’imposait cette tragédie ?

 

- L’instruction a-t-elle été sans faille et d’une objectivité absolue ?

 

- Les recherches scientifiques et comparaisons ADN ont-elles été satisfaisantes, si l’on sait qu’elles ont été au nombre de 6, incluant les 4 victimes ?

 

- Page 40, dernier paragraphe du réquisitoire définitif, on peut lire :

« Il est constant que Dany Leprince a reconnu avoir tué son frère Christian, sa belle sœur Brigitte et ses nièces Sandra et Audrey… »

Est-ce une affirmation honnête ? Est-ce la vérité ?

- La Cour d’Assises disposait-elle de tous les éléments plaidant pour l’innocence de Dany Leprince ?

 

Qui peut oser répondre oui à toutes ces questions ?

 

A défaut, preuve est déjà établie de la non culpabilité de Dany Leprince et que la Cour d’Assises de la Sarthe a été fourvoyée de façon hallucinante.

Eléments nouveaux et autres questions

 

- Sur le couteau à manche jaune retrouvé dans le tiroir de Martine Compain, ex épouse Leprince, les éléments transmis par la Commission nous apprennent que l’ADN mêlé avec celui de la petite Audrey, alors resté inconnu, est compatible avec celui de sa tante Martine. Il s’agit donc d’un ADN transporté.

Est-ce la pauvre petite qui a pu transporter un autre ADN que le sien ?

 

- Laurent Rousseau, interrogé, reconnaît son coup de téléphone à madame Marie-France Rouxel, qui a confirmé et apporté des détails supplémentaires.

L’un comme l’autre, pouvaient-ils inventer des éléments, depuis vérifiés, qui n’ont été révélés que fin 2005 ?

 

- Le capitaine de Police  a confirmé sa lettre à madame la Ministre , à propos des confidences qu’il a reçues de Yves Compain, oncle de Martine.

Si l’on sait à présent que Yves Compain a également confirmé ses confidences, ajoutant que Martine allait souvent chez ses parents, accompagnée par son ami gendarme, qu’il avait peur de son frère Bernard, père de Martine, parce qu’il été armé.

Mentent-ils forcément tous les deux ?

 

- Les enquêteurs ont reconnu ne pas avoir vu l’escalier escamotable, ni le grenier. Laurent Rousseau a dit que, lorsqu’il était dans ce grenier dans l’attente de fuir, les gendarmes ne sont pas monté et ne l’ont pas découvert. Pouvait-il deviner cet oubli des gendarmes ?

 

Qui peut répondre oui à ces questions, en toute raison, en toute conscience ?

 

Seule une certaine « raison judiciaire », aussi insaisissable qu’impitoyable a été capable de le faire, de haute voltige intellectuelle.

 

- A-t-elle sacrifié un homme qui n’avait même pas un droit d’Appel ?

A cette seule dernière question, sans hésitation, avec horreur, je réponds oui.

 

Je rappelle que nous en sommes à 6 victimes – Christian, Brigitte, Audrey et Sandra, massacrés. Le père de Brigitte mort de chagrin et Renée Leprince suicidée de désespoir. Sans compter Dany Leprince, séquestré depuis 15 ans, qui ne peut pas être le tueur de Thorigné sur Dué.

 

Depuis plus de 2 ans ½, la Commission des Révisions a ordonné un complément d’enquête…

Cela exprime clairement qu’un doute sérieux existe, quant à la dite culpabilité de Dany Leprince. Et en vérité, il n’y a pas qu’un seul, mais à foison ! Et cela n’interpelle personne, puisque selon la lettre de loi, un seul doute doit bénéficier à l’accusé ?

Faudra t-il d’autres victimes innocentes pour que la Justice daigne presser le pas et reconnaître qu’il fait jour le jour et nuit la nuit ? Bien que très soutenu par sa femme Béatrice, Dany tangue, son père est très mal, survivant avec une drame en plus : le suicide de sa Renée.

 

Dany Leprince doit-il encore rester l’otage, la chair à principe d’un terrible déraillement judiciaire ?

Cette dramatique situation d’urgence, visant un travail de réhabilitation de la Justice , (qui ne pourra pas en faire l’économie, tant le consensus autour de cette affaire est fort) passe obligatoirement par sa remise en liberté, de quelle façon que ce soit.

 

Il ne manque qu’un souffle de raison, de courage, de vérité et d’humanité.

Et ce souffle ne peut venir que des hautes autorités, ultimes remparts contre l’erreur judiciaire, que j’interpelle bien solennellement aujourd’hui.

 

Dans cette attente, j’ai aussi mal que honte à ma Justice.

 

Aussi tristement que respectueusement.

 

                                                 Roland Agret

                                           Le 20 novembre 2008.

Commenter cet article

Jacques Bouchard Montral Canada 29/04/2009 18:54

Bonjour,

Je ne portais pas de jugenent, je posais seulement des questions. Désolé si c'est l'impression que j'ai donné mais vraiment je ne porte aucun jugement.

Bien à vous

Jacques Bouchard

Jacques Bouchard Montréal Canada 28/04/2009 00:36

Je viens d'écouter l'émission "FAIRES ENTRÉ L'ACCUSÉ" Je suis aussi persuader de l'innocence de Dany. Je me poses cependant la question; Pourquoi la mère s'est-elle suicidée? De chagrin? Oui peut-être mais alors pourquoi durant les entrevues n'a-t-elle pas verser une larme? Pourquoi lorsque l'interviewver lui parle de facon plus précise de Martine, elle détourne le regard? Et pourquoi ne répond-elle que par NON sans rien ajouter à la question: "Avez-vous revu Martine après le procès?" Savait-elle des choses que la Justice ou les gendarmes auraient dûs savoir? Ne se serait-elle pas "suicidée" (?) par crainte de révéler des choses. Je trouve que pour une mère qui prétend aimer son enfant, elle ne verse pas beaucoup de larmes et surtout lorsqu'elle répond aux questions, elle n'a aucune émotion dans la voix. Certes à quelques reprises elle baisse très bas la tête mais la relève presque aussitôt et on voit bien dans son regard aucune larme. Pour moi cxette femme savait des choses incriminates pour Martine et n'a rien dit.

Merci
Jacques Bouchard

Groupe Renée Leprince pour Dany Leprince 29/04/2009 15:18


Vous ne connaissez pas personnellement cette maman, vous ne pouvez donc pas la juger de surcroit après sa mort. Sa maman s'est battue, mais devant tous les refus, elle a perdu espoir.


suso escriba fabrice 02/01/2009 23:48

bonjour,je suis entièrement convaincu de l'innocence de dany leprince.cela me fait honte et mal de le savoir prisonnier de l'incurie de quelques humanités destructrices imbues de leurs certitudes.les monstres de l'immonde insulte et crime envers la famille leprince vivent libres et impunis de leurs actes!
tout mon amour d'homme libre est pour les victimes, dany entre autres , sa famille suppliciée, mais digne.
mr agret,vous êtes d'une générosité sans pareil!
que puis-je pour vous si ce n'est d'inscrire sur ma voiture dany innocent, abîmé par une infâmie judiciaire!? je souhaite ardemment que dany sois libre avec son honneur sain et honnête;ce qui l'est !
je ne suis rien mais juste un peu d'humanité à panser un gouffre énorme,si je le peux !
pour la justice à christian,brigitte et son père,sandra,audrey,renée leprince,cordialement fabrice

Anthony Aveline 02/12/2008 20:03

Bonsoir à vous !
Je suis un jeune homme né et habitant Le Mans .. L'affaire Dany Leprince m'a réelement marqué quand j'avais 13ans ! Je ne pouvais pas imaginer qu'un homme si généreux et travailleur puisse agir de la sorte ! Du haut de mes trois pommes, je m'étais finalement mis du coté de la Justice, en pensant qu'un tel acte peut se produire ! J'ai maintenant 25 ans, et je donne un GRAND GRAND soutien à Monsieur Leprince, qui, pour moi, est un homme plus que honnête ! Je vous admire également, Madame Leprince (actuelle) de soutenir ce grand gaillard qui mérite plus ce dont il a vécu ces dernières années ! Tout Thorigné et la Sarthe est avec vous Dany ! On ne vous lachera pas ! Et comptez sur nous pour vous offrir un énorme comité d'accueil à Thorigné autour d'une bonne tartine de rillettes :) COURAGE !

Anthony&Viny [LE MANS]

sylvie 02/12/2008 12:50

Comme toujours,vous êtes auprès de Dany pour le sortir de son enfermement et j'aurais voulu savoir, en ce 2 Décembre si vous avez des nouvelles et si Dany peut espérer une issue favorable à vos demandes, Merciet encore bravo pour votre pugnacité et votre constance